• Activité - UDG GOUVERNANCE


APPUI DU PROGRAMME DSS A L’ORGANISATION DE LA 32ème SESSION DES MEMBRES DU RESEAU RSS

Avec l’appui du Programme DSS, volet Gouvernance, s’est tenue, le 3 Novembre 2016, au Royal Palace Hotel de Bujumbura, la 32ème session des membres du Réseau RSS autour du thème « RSS, Genre et Secteur Privé », avec une participation de 89 personnes dont 61 hommes et 28 femmes. Les échanges sur ce thème ont été introduits par quatre exposés. Mme Jeanine NDAYISHIMIYE, du Mandela Peace Center, a présenté les défis relatifs à l’équité du Genre dans le secteur privé : discrimination, problèmes d’accès aux postes de prise de décision, les freins contrant l’essor du secteur privé constitués notamment par les débordements de l’état dans le secteur économique : interventionnisme politique qui bloque la concurrence, coûts improductifs des subventions pour l’Etat, déficit des entreprises publiques dû à la gestion non conforme aux principes du libre marché. M. Martin SINDARUHUKA, de la PRODECO, a montré la nécessité – du point de vue de la gouvernance politique et de la RSS – d’améliorer le climat des affaires au Burundi, d’assurer l’éducation publique au civisme fiscal. Il a identifié les sources d’insécurité pour le commerçant burundais comme la faiblesse de l’autorité fiscale, l’étendue du secteur informel, les exonérations abusives d’impôts et taxes, l’usage de fausses factures. Mme Cynthia KERANDA, du Burundi Business Incubator (BBIN) a présenté l’expérience du BBIN comme centre d’incubation/formation de référence pour la promotion de l’esprit entrepreneurial et des compétences des PME. Les principaux défis de la BBIN sont liés aux attentes souvent irréalistes des entrepreneurs vis-à-vis des mécanismes de financements. Au cours des échanges, les participants ont concentré l’attention sur le système national de taxation, les réformes envisagées pour améliorer le climat des affaires, les principales causes de la faillite des commerçants burundais (méconnaissance des lois régissant le commerce et le crédit, le manque d’information/conseil approprié, le climat peu propice à l’initiative privée, la corruption des agents publics, etc. Pour réduire les abus constituant la principale source de l’insécurité fiscale du commerçant, les participants ont préconisé la révision des lois régissant le commerce, le crédit et les impôts/taxes, la discipline rigoureuse des agents fiscaux, l’éducation des commerçants au civisme fiscal, etc. La société civile devrait contribuer à un tel effort par la vulgarisation des lois et des bonnes pratiques.

  • PHASE III : 03 novembre 2016
  • Axe 3 - Acteurs Non Etatiques Contrôleurs de Sécurité (GOUV)
  • Activité Réalisée